mercredi 29 janvier 2014

Restraint par Dark Emeralds

(lu en anglais)
Après avoir lu les commentaires sur Goodreads je m'attendais à passer un bon moment avec une romance M/M originale, mais je ne m'attendais sûrement pas à ça. Ce livre est une pure merveille. Le mot fanfiction doit tout de suite sortir de votre esprit car il le dessert grandement tout comme cette hideuse couverture. Cette histoire mériterait d'être publiée.

Au début du XIXème siècle en Angleterre, Tristan Jarett est le second fils d'un comte, devenu vicomte de Penrith après le décés de son frère aîné et John Acklebury est le fils d'un vicaire, devenu peintre à Londres. Ils se rencontrent quand le vicomte veut engager le peintre pour faire son portrait. Tristan est d'emblée attiré par John qu'il reconnaît comme étant le jeune peintre sur lequel il avait fantasmé quelques années plus tôt pendant ses études. Il va donc le provoquer et assez vite comprendre que même si John est lui aussi attiré, celui-ci refuse de se laisser aller à commettre un tel péché et lutte de toutes ses forces contre sa vraie nature.
Tristan va alors affirmer ne vouloir qu'une simple amitié. Les deux hommes deviennent amis mais la tension sexuelle est bien là, et de temps à autres Tristan ose exprimer son attirance. 

"Penrith?" John mumbled, coming half awake, and turning his head so that his lips accidentally brushed Tristan's. Tristan found that he had not the will to step back. "What are you doing?" John asked.
"I--" Tristan hesitated. "I am trying very hard not to kiss you again."
"What do you mean, 'again'?" John gazed up at him, not yet fully awake.

John se montre choqué jusqu'à ce qu'un événement le bouscule et qu'il ne puisse plus nier l'évidence de ce qu'il ressent...

"Dear God, do not let him die," Acklebury whispered. "Please, Penrith. Stay with me. Everything will be well." He knew that he was bending too close. He had some idea that his anguish was greater than that of the other gentlemen present, possibly excepting General Danforth, and that in holding Penrith in his arms and speaking to him so, he was behaving improperly. He did not care.

Mais bien sûr une relation telle que celle-là n'est pas bien vue par la société dans laquelle ils vivent et leur incapacité à pouvoir vivre tels qu'ils sont vraiment est particulièrement éprouvante.
Je ne parlerai pas plus de l'histoire pour ne pas risquer de gâcher une éventuelle découverte de votre part.

Il s'agit d'une des plus belles histoires d'amour que j'ai lues. La quantité d'émotions que j'ai ressenties est impressionnante: tendresse, joie, désir, amusement, colère, injustice, haine, peur, anxiété, apaisement, émerveillement, contentement, amour, tristesse...

Tristan sat with his elbows on his knees and the fingertips of both hands pressing into his forehead and cheeks, caging his downcast face. John felt no desire to approach him. The many strong sentiments roiling within him were coalescing now, dividing him from Tristan as surely as if a wall stood between them.

C'est l'histoire de la vie, de l'amour de ces deux hommes, de leurs combats pour garder ce qu'ils ont de plus précieux au monde: l'autre. Celui qui est identique mais différent, celui qui aime inconditionnellement, sans jugement.

“Oh, John.” His throat closed and he could say no more. With two steps, he had John enfolded tightly in his arms. John made a feeble effort to push him away, but Tristan held him, and managed to whisper, “Oh, John. I am so sorry.”
“He is gone,” John said. He seemed to go still and limp in Tristan’s arms, and then a sob broke from him, and another, wracking and spasmodic and nearly silent. Tristan said nothing, but only held him, moving his hands over his back, as John began to weep.

J'ai beaucoup pleuré pendant cette lecture mais jamais de rage ou de déception, toujours d'émotion.
Je ressors de cette lecture émue par cette démonstration que chacun devrait être libre d'être celui qu'il est vraiment, libre d'aimer qui il veut et de vivre comme il l'entend et avec qui il le désire. Ça nous semble peut-être évident à notre époque mais il n'y a qu'à voir les réactions soulevées par le mariage homosexuel en France pour comprendre que l'on est encore loin de cette société idéale...

 Tristan pressed his lips to John's hand and said, "I love you, John. I am strong, and happy, and--and good when you are by my side. We cannot always be together, but if I knew that our parting would always be temporary, that we would always agree to meet again, and--and to be true friends to one another, and to be at hand with help and kindness for each other when the world cannot know our troubles...well, then I can live with whatever else I must." Tristan's expression was imploring.

Le livre est gratuit et disponible ici.

En bref, jetez vous dans cette lecture, on ne peut refuser tant d'émotions.
Ma note: 10/10




1 commentaire:

  1. Je suis convaincue, tu le sais. Juste trop de livres à lire …. :(

    RépondreSupprimer